Le syndicat c’est quoi ?

Face aux suppressions d’emploi, aux remises en cause de nos droits, aux abus des employeurs, les « débrouilles » individuelles ne peuvent être une solution.
Nous avons besoin d’un outil pour mieux nous défendre, individuellement et collectivement. C’est outil, c’est le syndicat !
Le syndicat a une double fonction : la défense des revendications des salarié-es et la transformation sociale, c’est-à-dire la possibilité d’agir sur son environnement professionnel et être acteur de sa vie.
Le syndicalisme agit pour réduire les inégalités économiques et sociales, et pour permettre l’élévation du niveau de vie du plus grand nombre et prioritairement des plus démunis. Le syndicalisme lutte pour l’amélioration des acquis sociaux, défend les revendications spécifiques de chacun-e tout en cherchant à dépasser la seule vision sectorielle.
Le syndicat doit être fort, unitaire, démocratique, indépendant du patronat et des partis politiques. Il doit assurer sur le terrain la défense quotidienne des droits de tous les travailleurs du rail et aussi permettre d’en conquérir de nouveaux, en élaborant des revendications.
Le syndicat est une structure regroupant les salarié-es sans distinction religieuse, politique ou ethnique, qui permet de s’organiser à la base et de mener la lutte selon les choix des individus regroupés en collectifs, et non à partir de directives venues d’en haut.
Au sein de l’Union syndicale Solidaires, qui est notre structure interprofessionnelle qui regroupe différents syndicats (ASSO, SUD Santé sociaux, SNJ, Sud commerce et services, Solidaires Industrie, etc.) nous construisons un outil de lutte et de réflexion, un outil d’action et de confrontation d’expériences.
Les problèmes communs (retraites, protection sociale, salaires, conditions de travail, démocratie syndicale, etc.) sont nombreux et justifient un syndicalisme de lutte sur nos lieux de travail.
Nous défendons le syndicalisme engagé dans les mouvements sociaux (mal logés, sans papiers, lutte contre l’extrême droite, etc.), mais aussi le syndicalisme inter catégoriel qui refuse les corporatismes hérités du fonctionnement de notre société qui divise les salarié-es pour mieux les exploiter.

En se syndiquant, chacun contribue à sa propre défense, mais également à celle des autres.

  • Solidaires, parce que c’est ensemble que nous réussirons à faire bouger la société, à recréer un lien social entre tous les salarié-es, quel que soit leur statut, leur secteur d’activité ou leur lieu de travail. C’est ensemble que nous défendons les intérêts collectifs des salarié-es (salaires, condition de travail, protection sociale, etc) et que nous nous impliquons dans la lutte contre les problèmes sociaux (précarité, chômage, racisme, etc).
  • Unitaires, parce que l’unité est l’outil essentiel à l’action. Elle permet de créer un rapport de force afin de donner tout leur poids aux revendications communes des salarié-e-s. Cette communauté d’intérêts n’exclut ni les débats, ni les différences d’idées ou d’opinions, mais la force d’un mouvement ne vient certainement pas des divisions syndicales.
  • Démocratiques, parce que c’est à partir des idées de chacun et chacune, exprimées dans des cadres collectifs, assemblées générales, débats, qu’émergent les projets collectifs et les revendications. On ne fait pas à la place des salarié-es, mais on fait avec les salarié-es. Chaque salarié-e doit être l’acteur/actrice du changement de ses conditions de travail et de vie.

 

Nous contacter